Mahler – Symphonie N°1 « Titan »

Mahler – Symphonie N°1 « Titan »
Orchestre philharmonique tchèque
Direction : Karel Ancerl
Enregistrement: 19-21 décembre 1964
Supraphon Gold Edition  SU 3666-2

Cette symphonie de jeunesse de Mahler est un « tube » dont on dénombre près de 300 enregistrements différents. C’est dire si la concurrence est féroce et si on y trouve des réussites mémorables : Kubelik, Giulini, Abbado, Bernstein, Walter… et Ancerl.

Ce dernier s’y distingue à mon sens pour les raisons suivantes :

  • Karel Ancerl est né en 1908 en Bohème (Empire austro-hongrois à l’époque).
  • Il a exercé toute son activité à Prague jusqu’en 1968 (dont plus de 700 concerts à la tête de la philharmonique tchèque de 1950 à 1968).
  • Au cours de ces années il a signé bon nombre d’enregistrements de référence notamment dans le répertoire tchèque (la meilleure Symphonie du Nouveau Monde) et russe (ses Prokofiev) et acquit une réputation mondiale de tout premier rang.
  • La restitution, si l’on excepte un léger souffle de bande, est remarquable pour l’époque : La mise en place des instruments est parfaite, les timbres très naturels et l’on entend vraiment beaucoup de choses.
  • Mais surtout, et c’est là que cet enregistrement fait la différence, il y a une intime connivence entre le compositeur et son interprète.

Mahler est né en Bohème. Il a 27 ans lorsqu’il compose cette symphonie. Il est encore imprégné de la nature, des fanfares militaires, de la musique tzigane et des danses populaires de sa Bohème. Sa musique est le reflet fidèle des souvenirs de sa prime jeunesse. Elle s’appuie sur les sonorités particulières des instruments qu’il y a entendus. Elle contient également cette ironie sarcastique si particulière du« brave soldat Chvéïk ».

La Philharmonie tchèque de 1964, dans sa grande tradition avait ces sonorités. Karel Ancerl, compatriote de Mahler, était « dans son jardin ». Le métier, l’imagination, l’intelligence et la sensibilité des interprètes ont fait le reste : un enregistrement exceptionnel de clarté et de précision avec des timbres, notamment les bois et les cordes, fruités à souhait. Nous sommes loin des sonorités, certes magnifiques, mais un tantinet aseptisées, de New York ou de Chicago !

L’interprétation est idéale de jeunesse et d’allant : un premier mouvement très aéré plein de fraicheur nous promène dans la campagne de Bohème qui s’éveille et où les oiseaux chantent à tue-tête. Le deuxième nous propose un ländler très entraînant. La marche funèbre du troisième est grinçante à souhait, mais sans lourdeur : Quelle contrebasse ! Et le final est enlevé et contrasté sans être trop démonstratif.

Du grand Mahler, du grand art !

De quoi transformer notre île déserte en Bohème fin XIXe… Et cerise sur le gâteau, ce CD est à prix réduit.

Signé JPB !

audioselect

14, place Léon Deubel
75016 Paris – France
GSM 06 07 17 40 07

Newsletter